Simulation d’impression 3D en filaments chargés en matériaux périssables

Simulation d’impression 3D en filaments chargés en matériaux périssables

Après avoir imprimé une forme contenant arrêtes, plats et courbes en 3D et réalisé son moule en silicone, j’ai réalisé une suite d’expérimentations pour simuler l’impression 3D de cette forme en filaments chargés en matériaux périssables.

Après quelques recherches, j’ai appris que lorsqu’un filament était chargé en une matière autre que le plastique, il était souvent mélangé avec du PLA.

J’ai donc mélangé dans une casserole chauffée à 60°C* des pellets de PLA avec des matériaux périssables : de la peau d’orange, peau de banane, concombre et pomme de terre.

*60°C est la tempéraure à laquelle fond le PLA.

 

PEAU D’ORANGE 

orangea  orangeb

peau d’orange seule                                   peau d’orange datant d’une semaine (½) + PLA(1/2)

oranged  orangec

peau d’orange (¾) + PLA (¼)                     peau d’orange datant de ajd (½) + PLA (½)

 

PEAU DE BANANE

bananea    bananec

peau de banane seule                                peau de banane (¾) + PLA (¼)

bananeb   bananed

peau de banane (½) + PLA (½)                   peau de banane (1/5) + PLA (4/5)

 

 

CONCOMBRE

concombrea   concombreb

concombre seul                                            concombre (¾) + PLA (¼)

concombrec     concombred

concombre (½) + PLA (½)                            concombre (¼) + PLA (¾)

 

 

POMME DE TERRE

patatea    patateb

pomme de terre seule                                  pomme de terre (¾) + PLA (¼)

patatec    patated

pomme de terre (½) + PLA (½)                    pomme de terre (¼) + PLA (¾)

 

Plus le mélange contient de PLA, plus l’aspect original de la matière organique est préservé, car prise dans le plastique et ayant peu de contact avec l’air.  Moins il en contient, plus la matière organique évolue, pourrit dans le temps, ce qui donne dans certains cas une rétractation de la matière.

Avec ce type de filament, une des applications possibles serait d’utiliser ceux-ci dans des décors de films d’animation afin d’avoir un seul objet – à n’importe quelle échelle – qui évolue dans le temps.

On n’aurait donc pas à créer plusieurs objets lorsque l’on veut en voir un se faner, périr.

J’ai donc imaginé une impression 3D constitué de ce matériau d’un feuille, qui, sortant de l’imprimante 3D est rigide, mais n’aurait plus le même aspect quelques heures, jours plus tard.

img_6523

impression 3D en PLA

dsc_2038

par exemple, la peau de banane (ci-dessus) se rétracte et noircit.

dsc_1960

ce qui est mis en valeur dans le mélange avec le PLA par sa couleur qui fonce de plus en plus.

 

Par la suite, je pourrais essayer de créer ces filaments en utilisant un extrudeur de filament :

http://www.primante3d.com/materiaux-exotiques-11102016/

http://www.thingiverse.com/thing:380987

Faire soi même son filament pour imprimante 3D

Il existe déjà des filaments chargés en matériaux « insolites » ex : coquille d’huître. Cependant, il est trop long et complexe de fabriquer ses propres filaments.

Les imprimantes 3D ont pour but d’imprimer des objets durant dans le temps, je trouve intéressant de fabriquer le contraire : des objets créés par cette machine construits d’une matière destinée à se dégrader dans le temps.

 

Pour vérifier qu’avec un filament plus fin et chargé en un matériau autre que du PLA pourrait évoluer dans le temps, je peux faire quelques tests avec :

 

Filament chargé en cuivre:

http://www.imprimante3dfrance.com/filaments/colorfabb-3-mm-copperfill-detail.html

Le cuivre peut s’oxyder de différentes manières qui rendent toutes une multitude de couleurs différentes.

aspects que je recherche:

  • cuivre verni
  • cuivre brut
  • cuivre oxydé eau + sel
  • cuivre oxydé vinaigre
  • cuivre oxydé « produits oxydants »

img_6525

L’impression 3D en cuivre s’est bien oxydé, cela veut dire que la matière cuivre n’est pas « protégée » par le plastique PLA et a bien un contact avec l’air.

 

Filament chargé en laiton:

http://www.imprimante3dfrance.com/filaments/colorfabb-3mm-brassfill-detail.html

mêmes expériences qu’avec le cuivre:

  • laiton verni
  • laiton brut
  • laiton oxydé eau + sel
  • laiton oxydé vinaigre
  • laiton oxydé « produits oxydants »

 

Références 

Michel Blazy utilise souvent divers végétaux dans ses installations :

michelblazypullovertimebis12015_20160510181649_20160510182029

 

Oscar Munoz altère certains matériaux avec l’usage d’autres :

sabana-azucar-ld_1

 

Stéphane Thidet a beaucoup travaillé le bois et ses différentes transformations dues au temps, eau, etc.

dsc_0047

 

None Football club sur l’imitation d’un objet par l’intermédiaire d’un matériaux totalement différent ayant été altéré :

dsc_1813